le blog des Explorateurs de Connaissance

Autour du Livre

Nouvelle section,

Nouvelles découvertes !

Si vous aussi aimez tout ce qui touche de loin ou de près aux livres, bienvenus dans la mini bibliothèque (en construction) de MonLivredeChevet !

Ici, vous trouverez des informations sur les métiers du livre – des métiers d’arts aux emplois communaux comme bibliothécaire – sur les maisons d’éditions, l’histoire du livre ainsi que celle d’un écrivain en devenir, Vigo Azzura. En plus de partager avec nous son amour de la littérature, Vigo Azzura a accepté que l’équipe de votre blog bien aimé, le suive dans son parcours rempli d’inconnus, d’auteur en herbe !

Les moments d’évasion inspirés par nos lectures sont le fruit d’un grand travail d’équipe ; alors honneurs à ceux qui permettent ces petits bonheurs quotidiens !

Bien sûr, vous avez la possibilité de participer à notre entreprise, en posant vous aussi votre pierre à l’édifice !

N’hésitez pas, entrez dans le monde du livre !

La Reliure

« L’art du relieur consiste en effet à associer minutieusement les peaux les plus nobles et les papiers les plus beaux pour former un écrin qui protégera le livre aimé et en fera un objet unique » – L’art de la Reliure, Paul Brunot-Fieux

J’ai tout d’abord découvert ce métier, en visionnant un reportage diffusé sur France 5, où le papier n’était plus malaxé par des machines aussi grosses que des locomotives et sortaient avec des couvertures plastifiées, mais où les matières est caressée, dressée par des mains pleines de patience et de passion ! Je vous invite à regarder cette vidéo, mais pour les plus pressés, voilà un petit résumé du métier !

La fonction du relieur est de protéger le livre, de l’embellir, d’augmenter sa durée de vie et de faciliter sa consultation. L’habillage d’un livre s’envisage en fonction de son usage futur qui définit trois grands types de reliure : la reliure courante, la reliure d’art et la restauration de reliure.

Le Profil du Relieur

  • Amour des livres
  • Sensibilité artistique
  • Minutie
  • et j’ajouterai Patience !

Emploi et débouchés

La Chambre syndicale de la reliure dénombre environ 240 ateliers de reliure manuelle en France, dont 1800 emplois pour la reliure main (reliure courante et reliure d’art). Le secteur de la reliure dans son ensemble (industriel, semi-industriel et artisanal) comprend 400 ateliers. Les ateliers comptant environ 35 personnes sont au nombre de quatre ou cinq. Mais la plupart sont composés d’une personne : 65% des relieurs travaillent seuls. Seules des institutions comme la Bibliothèque Nationale de France, le Sénat, l’Assemblée Nationale ou certains musées possèdent des ateliers intégrés. La fonction publique est accessible par concours à partir du CAP. Le relieur peut donc être fonctionnaire, artisan ou salarié. Le salaire démarre un peu au-delà du SMIC jusqu’à 3 048 €.

La reliure courante ou classique est la plus pratiquée. La clientèle se compose de particuliers et d’institutions : bibliothèques, archives, ministères et mairies. Ce type de reliure ne fait pas appel à la créativité, c’est généralement un travail sobre et solide. Le prix d’une reliure est défini en fonction du format et du travail réalisé. La reliure française est de notoriété internationale et beaucoup d’étrangers (Italie, Espagne, Pays de l’Est, Japon) viennent se former en France. Ce secteur est un marché porteur bien qu’actuellement la reliure classique soit dans une position économique moins expansive que la reliure d’art.

La reliure d’art, ou contemporaine, singularise un ouvrage en lui conférant une esthétique. Elle représente une partie de la reliure artisanale et s’applique à des éditions originales souvent illustrées. Elle s’adresse essentiellement aux bibliophiles, collectionneurs de livres rares… Certaines bibliothèques publiques font appel à la reliure contemporaine pour valoriser leurs fonds (Bibliothèque Historique de la ville de Paris, de Riom, de Belfort ou d’Auxerre, de Reims et de Metz…). Mais ce nouveau marché de commandes publiques est encore assez confidentiel.

La restauration de reliure est appliquée aux livres d’une valeur historique ou artistique inestimable qui ont été endommagés. Le restaurateur de reliures intervient afin de leur rendre un aspect et une solidité aussi proches que possible de l’état d’origine, sans en modifier pour autant la valeur documentaire ou artistique. Le maintien de l’originalité du document est le souci déontologique majeur du restaurateur. Il existe aussi un marché important consacré à la restauration d’ouvrages. Le nombre d’ateliers de restaurateurs de reliure est croissant.

Formation initiale

Niveau V
CAP arts de la reliure et de la dorure, 2 ans.
Niveau IV
BMA art de la reliure et de la dorure, 2 ans.
Niveau III
DMA arts graphiques reliure, 2 ans. (Tolbiac, Estienne, Condé)
Niveau II
Diplôme supérieur d’arts décoratifs options objet et communication visuelle – Titre homologué niveau II (Ecole supérieure des arts décoratifs – Strasbourg), 5 ans.

Formation professionnelle continue

Divers stages d’initiation ou de perfectionnement à la reliure sont proposés par de nombreux organismes, associations ou artisans. Certains peuvent préparer au CAP en candidat libre.

Retrouvez toutes ces informations sur le site de l’Institut National des Métiers d’Art

Publicités

Une Réponse

  1. Fine post dude

    8 juillet 2011 à 2008 22

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s