le blog des Explorateurs de Connaissance

Articles tagués “Roman

Besoin d’un souffle. Une rencontre : Seule Venise

Seule Venise,

de Claudie Gallay

A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C’est l’hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l’arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l’attente du désir et de l’autre. Dans une langue ajustée aux émotions et à la détresse de son personnage, Claudie Gallay dépeint la transformation intérieure d’une femme à la recherche d’un nouveau souffle de vie. Et médite, dans le décor d’une Venise troublante et révélatrice, sur l’enjeu de la création et sur la force du sentiment amoureux.

Sortie : 30 décembre 2005

Claudie Gallay

Née en 1961, Claudie Gallay vit dans le Vaucluse. Elle a publié quatre romans aux éditions du Rouergue : L’Office des vivants (2000), Mon amour ma vie (2002), Seule Venise (2004) et Dans l’or du temps (janvier 2006).

Retrouvez une présentation de Claudie Gallay dans La Grande Librairie, au sujet du succès de son livre Les Déferlantes, présentée par François Busnel sur France 5 :

La Grande Librairie – Présentation Claudy Gallay et Les Déferlantes

Sincèrement, ce livre m’a vraiment étonné : je m’attendais à entrer dans un univers similaire à celui de Rose à la Rescousse, d’Isabel Wolff, très mouvementé par une colère et une revendication féminine déçue par le mariage, mais qui nous laisse le cœur léger tant il est rempli d’humour. Au lieu de ça, j’ai suivi notre personnage principal dans les méandres d’une Venise habitée par la grisaille de l’hiver et ses silences sans touristes, mais qui dévoile surtout une intimité entre ses habitants et Leur ville. Au lieu du monde électrique d’une Rose qui multiplie les rencontres humaines hautes en couleurs, Claudie Gallay se concentre sur les interactions d’ une poignée de personnages, dont l’intensité est formidable : un vieillard seul à l’amour perdu qui revit grâce à une quadragénaire plaquée qui souhaitait fuir la vie, une ballerine magnifique qui tanguait entre sa passion et un homme qui, lui, désire une épouse prête à remplacer sa mère, et des hommes aux caractères singuliers qu’on ne peut s’approprier.

Malgré cette base très sentimentale, on est heureux de ne pas tomber dans un roman d’amour mélodramatique, qui aurait fait passer la fabuleuse découverte d’une femme à un carrefour de sa vie, pour un journal intime romanesque à l’excès. L’équilibre se fait entre rêve, dureté de la dépression, et espérance au départ d’un renouveau ; il exprime aussi à quel point aider l’autre, peut se révéler s’aider soi-même, une notion à méditer.

Publicités

Romance et Réincarnation : Laura Brams

Laura Brams,

de Patrick Cauvin

Lorsqu’elle rencontra le romancier Michel Blazier, la très belle Laura Brams lui révéla qu’ils s’étaient connus autrefois, trois mille cinq cents ans plus tôt, en Haute-Egypte. Michel Blazier n’était pas homme à croire ces histoires. Mais il l’aimait déjà trop pour contrarier son obsession. Et Laura n’avait rien d’une folle, elle irradiait au contraire la bonne humeur, la sécurité aussi. Simplement, elle croyait à la réincarnation. Alors Michel allait se mettre à courir avec elle, de Montmartre en Hollande, de Finlande jusqu’en Haute-Egypte, courir derrière leurs propres fantômes jusqu’à une fin hallucinante.

Une bouleversante histoire d’amour écrite avec un humour, une sensibilité et une maîtrise qui font sans doute de Laura Brams le meilleur Cauvin.

Sortie : 06 Juin 1984

Broché: 311 pages

Édition : ALBIN MICHEL

Patrick Cauvin

De son vrai nom Claude Klotz, Patrick Cauvin, né le 6 octobre 1932 à Marseille, est l’auteur de plus d’une trentaine de romans signés sous ses deux identités, dont plusieurs polars. Son dernier livre, Une seconde chance, était paru chez Plon fin janvier alors qu’il était déjà atteint d’un cancer.


Comment mêler la bonne vieille culture occidentale, avec le concept de la réincarnation et l’histoire de l’Égypte antique ? Patrick Cauvin a su marier le tout, en un peu plus de trois cent pages.

L’une est une vraie tornade dans la vie, l’autre ne pensait jamais retrouver cette énergie pleine de jeunesse : tous deux se bousculent avec l’émerveillement d’être amoureux. Alors que leur rencontre était des plus incongrues, ils se révèleront être l’autre que chacun attendait. Au-delà de la romance, Laura et Michel sont confrontés au scepticisme de la société occidentale tandis qu’ils tentent de comprendre le lien qui les unis, et la frustration nous empare en lisant les refus d’entendre des autres  auxquels ils sont confrontés. Au-delà de la romance, c’est la question de « Et si c’était possible ? » qui nous est posé ; y croirions nous ?

En tous cas, c’est une fabuleuse balade qui nous est offerte, par un auteur qui ne doit pas être oublié…


Un peu d’introspection : Les Autres

Alice FerneyLes Autres,

d’Alice Ferney

Lors d’une soirée d’anniversaire, un jeu de société destiné à mieux se connaître devient le révélateur de secrets de famille jusqu’ici soigneusement occultés par la honte, la déception ou la souffrance.

Avec délicatesse et cruauté, ce roman d’une rare finesse psychologique interroge la féminité, l’amour et les relations entre les hommes et les femmes.

« Ce beau roman nous montre que la relation humaine n’est qu’un jeu auquel nous jouons tous, auquel peut-être nous ne faisons que jouer. » Eliette Abécassis – Le Figaro

 » Le charme insidieux du roman opère par petites touches et l’on reste longtemps prisonnier de la toile que tisse cette magicienne de la langue. » Claire Julliard – Le Nouvel Observateur

Broché: 373 pages

Sortie : 08 Mai 2009

Éditeur : J’ai lu

Collection : J’ai lu Roman

Alice Ferney

Diplomée de l’ESSEC et docteur en économie, Alice Ferney s’est imposée sur la scène littéraire française dès la parution de Grâce et dénuement paru aux Editions Acte Sud et récompensé du prix Culture et Bibliothèques pour tous en 1997.

Elle est également l’auteur de La conversation amoureuse, Le ventre de la fée, Dans la guerre et Paradis Conjugal

Retrouvez une présentation d’Alice Ferney dans La Grande Librairie, présentée par François Busnel sur France 5 :

La Grande Librairie – Présentation d’Alice Ferney

Ce petit bijoux est un des rares livres que je n’ai pu laisser avant d’avoir lu la dernière page, tant l’histoire est intense, écrite pour tous, et qu’elle nous prend aux tripes sans que nous puissions nous en défendre. Je l’ai lu en quatre heures environ, et faisant fi de la fatigue, je l’ai terminé en larmes au-delà de minuit.

Chaque page apporte un nouveau chemin amenant à une introspection sur soi-même, sur la relation que l’on a avec sa famille, avec ses amis, en société.

A chaque page, il nous pousse à nous questionner sur les concepts les plus fondamentaux de l’existence que sont la naissance, la vie et la mort, aussi bien la notre, que celle des autres, que celle de ceux que l’on aime.

Le livre est divisé en trois parties :

Choses pensées : l’auteur écrit tout d’abord l’histoire, en relatant tous les songes des personnages. Comme une souris qui voudrait s’insinuer partout, nous avons le droit de découvrir ce que chacun des protagonistes pense, ressent, leurs plus intimes songes.

Choses dites : si un parent désire apprendre à son enfant ce qu’est un discours, cette partie est en est une parfaite illustration. Oubliez le cadre, les fioritures, vous n’aurez là que les paroles qui furent prononcées tout au long de cette soirée pas comme les autres.

Choses rapportées : pour finir, voilà l’histoire telle que je m’attendais à la lire lorsque j’ai ouvert ce livre. La distance qui est créée alors par le narrateur envers ses personnages, nous fouette après l’intimité perçue dans la première partie.