le blog des Explorateurs de Connaissance

Articles tagués “portrait

Walt Whitman, Portrait d’Auteur

Portrait d’Auteur : Walt Whitman

L’homme et ses œuvres,

Né en 1819 et mort en 1892 Walt Whitman est un poète qui a su traverser un monde nouveau avec l’élégance des plus grands. Dans une Amérique troublée, scindée, avide de révolution, cet homme, étrange sosie d’un père Noël si cher à notre enfance, nous livre un recueil de poème, hélas inachevé, mais ô combien singulier.

Il est très difficile de cerner avec précision celui qui déclarait : « I’m vast. I contain multitudes. » ( je suis vaste. Je contiens des multitudes ). Nous connaissons tous l’art torturé d’un Baudelaire ou d’un Verlaine et, bien que tous conscients de leur génie,  nous adoptons un consensus autour de ces poètes : la fleur noire de leur mélancolie se nommait Narcisse. Ce n’est pas le cas de notre homme. Whitman est un reflet inversé des inspirations littéraires du vieux continent. A l’instar de l’armée indépendantiste, ce garçon de ferme charge en première ligne contre la morosité et le « spleen » et souhaite rompre avec les codes de la poésie du « moi ».

Leaves of Grass ( feuilles d’herbes ) est une œuvre qui s’inscrit dans l’histoire littéraire américaine comme un pilier de la poésie classique au côté de Emily Dickinson. D’inspiration mythologique, théologique mais surtout humaine, ce recueil, immense anthologie de morceaux de vie, de détails qui fourmillent alentour, nous invoque dans un monde si incroyablement familier qu’il en devient troublant. Là où Baudelaire nous livre un poème glaçant sur les charognes ou les catins, Whitman sait nous emporter dans un lyrisme sans borne à travers des poèmes homosexuels (l’auteur s’était d’ailleurs auto-confessé homosexuel) et n’hésite pas à se livrer à des poèmes sur une aiselle ou un homme qui court.

Fils de Manhattan, Walt Whitman, un Kosmos !

Turbulent, charnel, sensuel, mangeur, 

buveur, baiseur,

Pas sentimental, pas au-dessus des autres hommes, ni des autres femmes, ni à part d’eux, 

Ni plus immodeste que modeste. 

Qu’on dévisse les serrures aux portes! 

Qu’on dévisse les portes de leurs charnières!

Si quiconque avilit quelqu’un, c’est moi qu’il avilit, 

Tout ce qu’on dit ou fait, à la fin me revient.

En moi, la foule des vagues de l’afflatus, en moi le courant et l’index. 

J’énonce le mot de passe primitif, je donne le signe de la démocratie,

Bon Dieu ! Je n’accepterai rien dont personne n’aurait la contrepartie aux mêmes termes. 

Par moi, toutes ces voix longtemps muettes, 

Ces voix d’interminables générations de prisonniers, d’esclaves,

Ces voix de désespérés, de malades, de voleurs, de nabots,

Ces voix de cycles de préparation, d’accrétion,

De fils connectant les étoiles, d’utérus, de semence de père,

De droits d’individus oppressés par d’autres,

De difformes, de laids, de plats, de méprisés, d’imbéciles,

De la brume dans l’air, du scarabée roulant sa boule de fumier. 

Par moi les voix interdites

Les voix de la faim sexuelle, voix voilées – et moi j’enlève le voile -,

Les voix indécentes, clarifiées, transfigurées par mes soins. 

Je ne me comprime pas la bouche, avec les doigts, 

Je n’ai pas moins de délicatesse pour les intestins que pour la tête ou le coeur, 

Le coït n’est pas plus sale pour moi que la mort,

Je crois à la chair, ses appétits,

Voir, ouïr, toucher sont des miracles, pas une des particules qui ne soit miracle. 

Divin, je suis, dedans, dehors, sanctifie ce que je touche, ce qui me touche,

L’odeur de mes aisselles est arôme plus subtil que la prière,

Ma tête mieux qu’églises, que bibles, que credo…

Un autre poème où l’auteur se place par rapport à son, oeuvre :

« Poètes à venir! Tribuns, chanteurs, musiciens à venir!

Je ne demande pas au Présent ma raison d’être.

Le Présent ignore pourquoi je suis.

Mais vous, nouvelle couvée, couvée insulaire, athlétique, cosmopolite, plus grande que toutes,

Levez-vous! Avancez et grandissez!

Je n’écris que deux ou trois mots indicateurs de l’avenir;

Je suis celui qui n’accomplit que quelques pas et se retire dans ses ténèbres originelles;

Je suis l’homme qui va sur la route, sans fléchir, jette un regard léger vers vous, et vous retire son visage,

Vous laissant la tâche de prouver, de définir,

Espérant de vous les mots essentiels. »

Que vous soyez vous même poète, féru de ce genre littéraire, néophyte ou bien profane un constat troublant s’impose à vous. La déclaration lunaire, improbable que Whitman profère au début de son oeuvre se referme sur vous, implacable, avec la vivacité et l’adresse d’un aigle ( symbole si américain et si cher à l’auteur ). Whitman est vaste, il contient plus que des multitudes, son amour traverse le temps et les frontières. Ouvrir ce recueil c’est croire en la réincarnation, c’est accepté de se voir posséder par l’âme de cet optimiste qui ne cherche pas les sommets dans les étoiles, car il sait les voir en de simples brins d’herbes. Lecteur sois certain d’une chose, si Leaves of Grass est une œuvre inachevée, ce n’est pas dû au manque de talent de son auteur, mais à son incapacité à cesser de nous aimer.

– Vigo Azzura


Publicités

Un homme à nu : La Malédiction Hilliker

La Malédiction Hilliker,

de James Ellroy

« Ce livre m’a dévasté », dit James Ellroy à propos de La Malédiction Hilliker qu’il définit comme « un manifeste romantique ». De la mère aux épouses et aux amantes, toute l’œuvre d’Ellroy procède du féminin et trouve sa source dans cette « malédiction » sur laquelle il s’expliquait déjà dans Ma part d’ombre : « Ma mère m’a donné ce cadeau et cette malédiction : l’obsession ». C’est précisément le cœur de ce nouveau livre : l’obsession des femmes, sans lesquelles il se sent « désincarné ». La phrase d’ouverture, « Pour que les femmes m’aiment », énonce d’emblée le principe fondateur de la vie émotionnelle et créatrice d’Ellroy. Une phrase déjà prononcée par Don Crutchfied, double fictif de l’auteur, dans Underworld USA.
En six mouvements — « Elle », « Elles », « Cougar », « La Déesse », « La Pluie », « Elle » —Ellroy revisite les moments clés de ses relations avec les femmes, à commencer par la première d’entre toutes, sa mère Geneva Hilliker, objet de la « malédiction » qu’enfant il lança contre elle, souhaitant la voir morte. Trois mois plus tard, elle était assassinée. Après avoir vainement tenté de retrouver la trace de son meurtrier dans Ma part d’ombre, il entreprend ici une autre forme d’exorcisme : annuler la malédiction à travers la quête des autres femmes, passer de « Elle » à « Elles ». Les autres, ce sont les adolescentes sur lesquelles il fantasmait dans sa jeunesse, mais aussi des femmes mûres, réelles ou imaginées ; celle qui exerça une influence majeure sur lui, la journaliste Helen Knode, alias Cougar, puis « La Déesse » Joan, inspiratrice du personnage éponyme d’Underworld USA, et enfin, l’autre « Elle », la femme qui partage sa vie aujourd’hui. La boucle est bouclée.

Ellroy met son existence à nu dans un livre exceptionnel à tous égards. D’abord par la lucidité et l’honnêteté dont il fait preuve, la sincérité avec laquelle il parle de lui (y compris de sa dépression). Mais ce qui frappe aussi, c’est sa capacité à éviter le piège du déballage racoleur grâce à une écriture sans équivalent. Il fait partie de ces créateurs qui métamorphosent leur vécu le plus intime en objet littéraire : Ellroy devient le personnage d’Ellroy. Il y parvient au moyen d’un style ramassé jusqu’à l’abstraction, qui soudain devient grave et élégiaque, transformant alors le récit en une déchirante confession, en un hommage aux femmes, en une œuvre palpitante de vie, remplie de contradictions folles et d’extraordinaires intuitions sur la nature féminine. Mélange de rigueur, de mysticisme et de sexualité, ce livre à la forme austère et au contenu électrique rassemble toutes les fulgurances et les faiblesses d’un homme hors du commun qui a mis sa vie tumultueuse au service de la littérature.

James Ellroy

De son vrai nom Lee Earle Ellroy, Jame Ellroy est un écrivain de polars américain. Parmi ses ouvrages, on peut citer la série de quatre livres sur Los Angeles dont font partie Le Dahlia noir et L.A. Confidential, sa trilogie Underworld USA qui retrace son histoire des États-Unis de 1958 à 1973, ainsi que son récit autobiographique Ma part d’ombre 1958.

Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma. Il est surnommé « American Dog » ou le « Dog ».

Sortie : 19 Janvier 2011

Retrouvez l’interview de James Ellroy dans La Grande Librairie, présentée par François Busnel sur France 5 :